Accueil > INTRO

Salut les camarades.

INTRO

Jusqu’à aujourd’hui, il n’y a aucune certitude quant au lieu exact et la date de naissance de Jonathan Abbou. À cette période, l’état d’Israël était en guerre et le recensement des naissances pouvait être aléatoire. Il semblerait que Jonathan Abbou soit né aux alentours du 27 décembre 1967 dans une petite ville émergente aux portes du désert Néguev nommée Rehovot (signifiant la rue en hébreu : רחובות). C’est à l’âge de six ans que sa mère décide de fuir les guerres au Proche-Orient pour s’installer dans la ville dont elle été originaire : Avignon. C’est aux abords du Palais des papes que Jonathan Abbou grandit, imprégné d’un environnement familial chargé d’ésotérisme et de spiritualité médiévales. C’est à 19 ans, en flânant dans les puces des Carmes d’Avignon que Jonathan Abbou obtient son premier appareil photo en échangeant son vieux Perfecto contre un vieil Hasselblad 500 C.

En 1991,Jonathan Abbou s’inscrit à l’école de photographie de Toulouse, l’ETPA, et obtient en double cursus un DESS (Master) de psychologie clinique et pathologique à l’université de Paris VIII. Bien que diplômé, il n’a cependant jamais voulu exercer le métier de psychologue clinicien. Ce parcours universitaire se retrouve dans son travail photographique où les thématiques abordées gravitent autour des pulsions en psychanalyses où l’Éros et le Thanatos se confrontent dans chacune de ses créations.

En 1998, Jonathan Abbou publie son premier ouvrage Érotiques Esquises, suivi de Fictions urbaines, réalisé en l’an 2000. Ces deux ouvrages de recueils-photos seront remarqués de la part du magazine Art Press. Par la suite, Jonathan Abbou travailla pour les éditions Higgins, le temps de créer deux portfolios à tirage limité, Le Petit Monde d’Otto en 2008, et Pose lente en 2011 dont les préfaces ont été écrites par Romain Slocombe et Stéphan Lévy-Kuentz.

Depuis 2015, il collabore en tant que photographe chez Bernard Dumerchez. De cette participation naîtra un leporello où le poète Bernard Noël écrivit son tout dernier poème, sur les œuvres de Jonathan Abbou représentant des "vanités". De cette collaboration naîtra une grande amitié entre l’éditeur et le photographe qui les mèneront à travailler sur de nombreux projets. Le dernier en date étant d’illustrer les poèmes de Christine Fizscher, pour son recueil l’ombre de la terre, sorti aux Edition Dumerchez en 2018.

Parallèlement à son parcours dans le monde de l’édition, Jonathan Abbou a participé à de nombreuses expositions au cours des années 2000, notamment pour les Rencontres d’Arles où il exposa plus de deux cents tirages érotiques au sein de la chapelle des Jésuites de la ville.

En 2009, il inaugure sa propre résidence d’artiste, un atelier-galerie, situé à Montreuil. En 2013, il expose son travail, en artiste franc-tireur, dans de nombreuses galeries.

C’est en 2015 que le photographe fonde les Rencontres Parisiennes de la Photographie Contemporaine. Il est actuellement, le commissaire d’exposition de cet événement culturel, les RPPC, dans le cadre du festival Paris Photo.

A partir de 2018, l’artiste se consacre à la confection de livres qui regroupent les photographies de ses nouvelles recherches ; "Onéïros", éd. Dumerchez, 2019. "Requiem pour un bouffon", éd. Hérézia, 2020. "Fables iconoclastes", éd. Hérézia, 2020.

Sur ce site d’archives on y trouve une liste non exhaustive des photographies de l’artiste. Il donne juste un aperçu, tout en sachant qu’un tirage argentique, original, n’a pas la même vibration dans la réalité, qu’à l’écran !

1989 - 2021 Jonathan Abbou Photography

Atelier J. J. Abbou - 36, rue Gaston Lauriau, 93100 Montreuil - Tel : 06 24 77 13 63